« J’ai passé mon code de la route à La Poste »

mardi 12 juillet
1 commentaire

Romain, 22 ans, est étudiant en sociologie à l’Université de Strasbourg. Au début de l’année 2016, il s’est mis en tête d’obtenir son permis de conduire. Ses deux raisons principales ? « Éviter de devoir répondre « Non, je n’ai pas le permis » à un prochain entretien d’embauche » et « pouvoir partir en vacances plus facilement avec [sa] copine ». Il s’est inscrit chez PermiGo en mars 2016.

Depuis cette date, il a beaucoup révisé. Le mardi 5 juillet, il a passé son code au sein d’un centre La Poste[1]. Il a accepté de nous raconter comment s’est déroulé son examen.

5888437_1-0-350181914_1000x625

 

Je révise mon code depuis mars 2016, et assez rapidement, j’ai atteint la barre fatidique des 35 réponses exactes. Je n’étais pas trop sûr de vouloir me lancer, mais après avoir demandé conseil à un moniteur au store, situé tout près du Restaurant Universitaire, j’ai décidé de m’inscrire au code.

 

J’étais un peu agacé d’apprendre qu’il fallait payer 30 euros pour présenter l’examen. Ce tarif est imposé par l’État pour rémunérer les examinateurs, mais les auto-écoles n’ont plus le droit désormais de réclamer des frais de présentation à l’examen.

 

J’ai pu payer en ligne sur le site du Trésor public et j’ai surtout pu choisir moi-même la date d’examen qui me convenait le mieux. Une session était disponible deux semaines après ; c’est décidé, ça sera donc le mardi 5 juillet !

 

Je me suis couché tôt la veille. Après une bonne nuit de sommeil et un petit-déjeuner robuste, j’ai refait le tour des chapitres un peu difficiles et me suis rendu dans le centre d’examen de La Poste. C’était la première fois que je tentais cet examen, j’étais un peu stressé !

 

Nous étions en comité réduit : seulement huit personnes dans la salle d’examen. Nous avions une tablette pour répondre aux quarante questions, mais également un casque pour écouter les questions – et éviter de tricher ! Ça m’a permis d’être plus concentré.

 

J’ai été un peu surpris par les quatre questions vidéos. Pas de difficulté particulière, mais il fallait faire attention à bien regarder partout. J’ai répondu aux quarante questions en une demi-heure environ, comme lors de mes révisions « classiques ».

 

Deux jours plus tard, c’est la bonne nouvelle en ouvrant ma boite mail : je l’ai eu !

 

Je suis retourné au store dans l’après-midi pour fêter cette réussite avec l’équipe PermiGo. On a évoqué la suite ensemble : ils m’ont expliqué que le passage du code était plus rapide pour tous les candidats grâce à l’arrivée de nouveaux examinateurs issus du privé, mais que la durée pour présenter l’examen pratique pouvait en revanche être encore assez longue à cause du système actuel d’attribution des places[2].

 

Le bilan : une chouette expérience malgré le stress de l’examen. Tout le personnel de La Poste qui nous surveillait était vraiment sympa. Et maintenant, place à la conduite !

 

 

Bravo à Romain ! Et vous, vous avez déjà passé le code dans un centre d’examen privé ?

 

[1] Depuis le 1er juin 2016, l’organisation et la surveillance de l’examen du code la route peuvent être confiées à des prestataires privés. Nous l’évoquions dans un billet de blog en avril 2016, accessible en cliquant ici.

[2] Ça aussi, nous l’évoquions dans ce billet d’avril 2016, accessible en cliquant ici.

1 commentaire

  • benjamin dit :

    j’ai passer mon BSR avec Laurent, le moniteur moto a permis go : très bon moniteur . j’ai aimé partager mon expérience avec la sienne car j’ai beaucoup appris . des explications très efficace et de très bon conseilles , ce n’est pas tous les jours que l’on vois un moniteur aussi sympa et ouvert avec ses élèves . la journée c’est déroulée dans une ambiance détendu et plutôt cool . j’ai hâte de retourné le voir pour mon permis moto !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *